Créer mon blog M'identifier

ses jupes collocation de robe

Le 30 octobre 2013, 08:32 dans Humeurs 0

 Non. Je n'entends rien. Il y a un silenceaffreux. Ah! quelque chose est tombé par terre. J'ai entenduquelquechose tomber.
C'était l'épée du bourreau. Il a peur, cet esclave! Il alaissé tomber son épée. Il n'ose pas le tuer. C'est un lâche, cetesclave!Il faut envoyer des soldats. [Elle voit le page d'Hérodias ets'adresse à lui.] Viens ici. Tu as été l'ami de celui qui est mort,n'est-ce pas! Eh bien,il n'y a pas eu assez de morts.

Dites aux soldatsqu'ils descendent et m'apportent ce que je demande, ce que le tétrarquem'a promis, ce quim'appartient. [Le page recule. Elle s'adresse auxsoldats.] Venez ici, soldats. Descendez dans cette citerne, etapportez-moi la tête de cet homme. [Lessoldats reculent.] Tétrarque,tétrarque, commandez à vos soldats de m'apporter la tête d'Iokanaan.
[Ungrand bras noir, le bras du bourreau, sort de laciterne apportant surun bouclier d'argent la tête d'Iokanaan. Salomé la saisit. Hérode secache le visage, avec son manteau. Hérodias sourit ets'évente. LesNazaréens s'agenouillent et commencent à prier.] Ah! tu n'as pas voulume laisser baiser ta bouche, Iokanaan. Eh bien! je labaiseraimaintenant.

ces coeurs grossiers.

Le 8 octobre 2013, 08:10 dans Humeurs 0

L'assemblée se récria sur la naïveté du bonhomme qui enterrait ses écus tout vifs, au lieu de les faire travailler. Quinze ou seize exclamations s'élevèrent en même temps. Chacun dit son mot, trahit son secret, enfourcha son dada, secoua sa marotte. Chacun frappa sur sa poche et caressa bruyamment les espérances certaines, le bonheur clair et liquide qu'il avait emboursé le matin. L'or mêlait sa petite voix aiguë à ce concert de passions vulgaires; et le cliquetis des pièces de vingt francs, plus capiteux que la fumée du vin ou l'odeur de la poudre, enivrait ces pauvres cervelles et accélérait le battement de ces coeurs grossiers.

Au plus fort du tumulte, une petite porte s'ouvrit sur l'escalier, entre le rez-de-chaussée et le premier étage. Une femme, vêtue de haillons noirs, descendit vivement les degrés, traversa le vestibule, ouvrit la porte vitrée et disparut dans la cour.

Ce fut l'affaire d'une minute, et pourtant cette sombre apparition éteignit la joie de tous ces valets en belle humeur. Ils se levèrent sur son passage avec les marques d'un profond respect. Les cris s'arrêtèrent dans leur gosier, et l'or ne sonna plus dans leurs poches. La pauvre femme avait laissé derrière elle comme une traînée de silence et de stupeur.

Le premier qui se remit fut le valet de chambre, un esprit fort.

«Sapristi! cria-t-il, j'ai cru voir passer la misère en personne. Voilà mon jour de l'an gâté dès le matin. Vous verrez que rien ne me réussira jusqu'à la Saint-Sylvestre. Brrr! j'ai froid dans le dos.

—Pauvre femme! dit le maître d'hôtel. Ça a eu des mille et des cents, et puis voilà! Qui est-ce qui croirait que c'est une duchesse?

—C'est son gueux de mari qui lui a tout mangé.

happy childhood

Le 16 septembre 2013, 03:33 dans Humeurs 0

These bright years of his happy childhood were somewhat darkened, however, when, at the age of six, he entered the Danish and, two years later, the Latin school of his home town. Nothing could be more unsuited for a child of tender years than the average school of those days. The curriculum was meager, the teaching poor and the discipline cruel. Every day saw its whipping scenes. For a day’s unexplained absence the punishment for the smaller boys was three lashes on their bare seats and for the larger an equal number on their bare backs. For graver offences up to twenty lashes might be administered. On entering the Latin school every boy had to adopt a new language. Only Latin could be spoken within its classical confines; and woe be to the tike who so far forgot himself as to speak a word in the native tongue anywhere upon the school premises. The only way anyone, discovered to have perpetrated such a crime, could escape the severest punishment was to report another culprit guilty of the same offense. Under such conditions one cannot wonder that Kingo complains:

Voir la suite ≫